Charles Gide

Actualité et dépassement du « Manifeste »

Une introduction au texte de Charles Gide, 1921, « Le Manifeste coopératif des intellectuels et universitaires français », REC, n° 1, p. 7-14.

Dans ce manifeste, Charles Gide présente sa vision de la coopération. Selon le cofondateur de la Revue des études coopératives, la coopération peut offrir un programme général de reconstruction sociale. Les coopératives sont des « laboratoires d’expérimentation sociale », ainsi que les nommait Jean Jaurès. Plutôt qu’un programme, ce sont des « orientations » qui peuvent être données, en raison même du fait que la coopération est un « mouvement ». Gide souligne ici la singularité économique majeure des coopératives : elles montrent que ni le profit ni la concurrence, que l’économie politique considère comme inéluctables, ne sont indispensables au succès d’une entreprise. Ces coopératives, ce sont celles de consommateurs. Alors que les producteurs sont « nécessairement préoccupés par des intérêts professionnels et corporatistes », les consommateurs « ne peuvent avoir d’autres intérêts que ceux de tout le monde. Ces coopératives de consommateurs ont donc qualité pour devenir des organes de l’intérêt public, allégeant ainsi le rôle de l’État, qui s’est montré tout à fait au-dessous de sa tâche, tout au moins dans l’ordre économique ».

 

Numéro de revue: 
361
Année de publication: 
2021
Auteur(s): 
Jean-François Draperi

Vers un concept unitaire du secteur coopératif

Une introduction au texte de Georges Fauquet, 1935, « Rapport sur le secteur coopératif. Essai sur la place de l’homme dans les institutions coopératives et sur la place de celles-ci dans l’économie », REC n° 54(1), p. 82-167 (p. 82-98 pour l’extrait publié).

Georges Fauquet (1873-1953), médecin de formation, coopérateur dès son plus jeune âge, est nommé inspecteur du travail en 1905, contrôleur des retraites ouvrières et paysannes en 1911, puis sous-directeur des Assurances sociales et du Travail en Alsace en 1919. En 1920, il est appelé au Bureau international du travail (BIT) par Albert Thomas, en tant que chef du bureau sur la Coopération, poste qu’il occupera pendant treize ans. À ce titre, il a été un observateur attentif des mouvements coopératifs dans différents pays, en s’appuyant sur les méthodes inductives héritées de ses études médicales. Il revisite donc les doctrines coopératives (celles de Charles Gide et de Bernard Lavergne, notamment) au regard du contexte du début du XX e siècle.

Numéro de revue: 
361
Année de publication: 
2021
Auteur(s): 
Danièle Demoustier

100 ans

À la fin de cette année 2021, la Recma aura 100 ans.
La Recma a été fondée par Charles Gide et Bernard Lavergne. La notoriété de Charles Gide dans le monde universitaire permet de réunir la signature de 200 intellectuels à la sortie du premier numéro, dans lequel Gide publie pourtant un article très virulent – « un texte pamphlétaire », dit André Chomel 1 – expliquant « pourquoi les économistes n’aiment pas la coopération ».

Trois « utopies réelles » d’hier aussi ambitieuses que concrètes : Buchez, Gide et Bourgeois

Ce texte porte sur les alternatives développées au XIXe siècle et au début du XXe par des auteurs, Philippe Buchez, Charles Gide et Léon Bourgeois, dont les travaux font référence dans le domaine de l’économie sociale et solidaire. Ces alternatives sont fréquemment qualifiées d’utopiques par leurs adversaires. Pourtant, si elles visent l’avènement d’une nouvelle société, elles s’accompagnent également de mesures très concrètes. L’association ou la coopérative constituent la composante centrale de ces alternatives. Cet article en propose une évaluation comparative en identifiant notamment leurs différences.

Numéro de revue: 
359
Année de publication: 
2021
Auteur(s): 
Hervé Defalvard, Cyrille Ferraton

Appel à communications pour le 18 e colloque international de l’association Charles Gide

15 mars : date limite de l’appel à communications pour le 18 e colloque international de l’association Charles Gide, qui se tiendra à l’université de Lausanne du 10 au 12 septembre 2020.

Organisé par le Centre Walras Pareto d’études interdisciplinaires de la pensée économique et politique (CWP), sur le thème « Coopération(s) ».

https://wp.unil.ch/gide20/

L’Esper teste des outils pour former les enseignants – et leurs élèves – à l’ESS

Alors que l’association Esper (l’Économie sociale partenaire de l’école de la République, née en 2010), en partenariat avec l’Office central de coopération à l’école (OCCE) et Coop FR, a renouvelé, du 26 au 31 mars, la semaine « Mon ESS à l’école », le groupe de travail « Formation des éducateurs à l’ESS » constitué en son sein avançait dans l’élaboration du matériel pédagogique à destination des enseignants du primaire et du secondaire. Ce groupe mobilise des enseignants, des universitaires et des responsables de l’ESS, et poursuit deux objectifs stratégiques.